Où en es-tu exactement de ta « confiance en soi » ?

27 décembre 2015 ,

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Le manque de confiance en soi est en réalité un réflexe de peur déclenché par le cerveau conditionné en grande partie par ce que l’on nous a appris.
GRANDE NOUVELLE : il est possible de se reconditionner pour ne plus se mettre de barrières inutiles !

Que se passe-t-il quand on manque de confiance en soi ?

Sensation d’oppression, accélération du pouls, sueurs froides, bouche sèche ou estomac noué… contrairement à l’idée généralement répandue, le manque de confiance en soi n’est pas un problème d’ordre psychologique, même si parfois, on a cette impression. En fait, lorsque nous ressentons un manque de confiance en soi, c’est que nous sommes persuadés de ne pas être « à la hauteur » de la situation, ou encore, parce que nous avons peur de cette situation ou de ses conséquences.

Notre cerveau perçoit un danger et nous commande de nous soumettre ! Il nous empêche de nous exposer au danger d’être humilié ou dévalorisé… Cette réaction est automatique. Et quand ce déclenchement abusif est devenu un réflexe, ce réflexe est interprété comme faisant partie de notre personnalité et on parle d’un « manque de confiance en soi ».

Comment retourner ces blocages en votre faveur ?

Or, l’anxiété, la peur, le trac et le doute sont utiles car ils nous poussent à nous dépasser, à nous préparer à toute éventualité et à repérer les situations incertaines qui se présentent.

C’est l’« étiquette » du « manque de confiance en soi » qui nous paralyse, et non pas l’émotion elle-même… Si, dans l’enfance, nos parents nous interdisaient de parler à table, par exemple, il est fort possible qu’une fois adultes, nous soyons stressés à l’idée de faire un discours à la fin d’un banquet.

La confiance en soi passe par une prise de conscience : si je comprends ma peur, je peux la raisonner, la diminuer puis un jour, la faire disparaître. Tout le monde sait que la première fois c’est difficile, mais quand on est déterminé, au bout de la dixième c’est facile au point que cela deviendra vite une routine…

Tu changes de terrain ? Change de chaussures !

En prenant conscience de la vraie situation, de nos vraies capacités, on ne joue plus sur le même terrain. On est passé des sables mouvants à la surface d’un cours de tennis. Si vous avez l’impression de vivre beaucoup de contraintes, c’est qu’il y a probablement des choses à changer… « Cet environnement m’aide t-il à m’épanouir ? Mes chaussures sont-elles trop petites en ce moment ? »

Vous pouvez choisir de vous différencier : les autres prennent le plat du jour ? Choisissez à la carte. Personne n’a aimé le concert ? Exprimez ce qui vous a plu… Ce n’est pas facile et il vous faudra probablement vous exercer à accepter la tension inévitablement provoquée par ce décalage, cette dissonance, ce manque de conformité probablement inhabituel pour vous.

Pour aller plus loin découvrez notre programme « J’apprends à croire en moi »

A très vite !

Votre ROBOT-COACH,

Lili.

robot_coach_icon_lili_profile

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn